Gloire à toi, ô Seigneur, mon Dieu ! En ces jours, tu enjoins à tous les hommes d’observer le jeûne. Que ce jeûne purifie leur âme et les affranchisse de tout attachement à un autre que toi, que de leur cœur s’élève ce qui est digne de la cour de ta majesté et du siège de la révélation de ton unité !

Ô mon Seigneur, que ce jeûne devienne une rivière aux eaux vivifiantes et engendre la vertu dont tu l’as doté ! Permets-lui de purifier le cœur de tes serviteurs tournés vers ton nom très glorieux malgré les maux de la terre, et restés insensibles au bruit et à la fureur de ceux qui répudient les signes radieux accompagnant la venue de la Manifestation investie de ta souveraineté, de ton pouvoir, de ta majesté et de ta gloire. Dès qu’ils ont entendu ton appel, ces serviteurs se sont précipités vers ta miséricorde ; les vicissitudes de ce monde et les limitations humaines n’ont pu les retenir loin de toi.

Ô mon Dieu, je témoigne de ton unité et confesse ton unicité, je m’incline modestement devant les révélations de ta majesté et m’émerveille humblement devant l’éclat de ta gloire transcendante. Tu m’as donné de connaître ton Être révélé aux yeux des hommes par le pouvoir de ta souveraineté et de ta puissance, et j’ai cru en lui. Je me suis tourné vers lui, détaché de tout et tenant fermement la corde de tes dons et de tes bienfaits. J’ai embrassé sa vérité et la vérité de toutes les lois et préceptes merveilleux qui lui ont été révélés.

C’est par amour pour toi que je jeûne, pour suivre tes injonctions, et c’est ta louange aux lèvres, que je romps ce jeûne conformément à ton bon plaisir.

Ô mon Seigneur, que je ne sois pas de ceux qui jeûnent pendant le jour, se prosternent la nuit devant ta face, mais répudient ta vérité, renient tes signes, réfutent ton témoignage et pervertissent tes paroles !

Ô mon Seigneur, ouvre mes yeux et les yeux de ceux qui te cherchent afin que nous te reconnaissions par tes propres yeux. C’est un commandement que tu nous donnes dans le livre révélé à celui que ta volonté a choisi, celui que parmi toutes les créatures tu as désigné pour recevoir tes faveurs, celui qu’il t’a plu d’investir de ta souveraineté et que tu as honoré en lui confiant ton message pour ton peuple. Loué sois-tu ô mon Dieu ! Dans ta bonté, tu nous permets de le reconnaître et d’accepter tout ce que tu lui as révélé, nous conférant l’honneur d’atteindre la présence de celui que tu as promis dans ton Livre et tes Écritures.

Ô mon Dieu, tu me vois le visage tourné vers toi, tenant fermement la corde de ta tendre sollicitude et de ta générosité, suspendu au pan de ta bienfaisante miséricorde et de tes multiples faveurs. Je t’en supplie ! Ne tue pas mon espoir de réaliser ce que tu as ordonné à tes serviteurs qui se tournent vers l’enceinte de ta cour et le sanctuaire de ta présence et qui observent le jeûne par amour pour toi. Ô mon Dieu, je confesse que tout ce qui procède de moi est indigne de ta souveraineté et de ta majesté. Et pourtant, je t’implore par ton Nom qui, dans la gloire de tes titres les plus excellents, révèle ton Être à toute chose créée au cours de cette révélation qui manifeste ta beauté par ton Nom le plus resplendisssant. Donne-moi à goûter le vin de ta miséricorde et le pur breuvage de ta grâce qui jaillissent de la main droite de ta volonté, afin que je fixe mon regard sur toi, que je me détache de tout sauf de toi, et que le monde et tout ce qui le compose m’apparaissent comme un jour fugace que tu ne juges pas bon de créer.

Ô mon Dieu, toi qui te nommes Dieu de miséricorde ! Daigne aussi faire pleuvoir du ciel de ta volonté et des nuages de ta miséricorde ce qui nous purifiera de l’odeur fétide de nos transgressions.

En vérité, tu es le Tout-Puissant, le Très-Glorieux, le Bienfaisant.

Ô mon Seigneur, ne repousse pas celui qui se tourne vers toi, ne rejette pas loin de ta cour celui que tu attires. Ne détruis pas les espoirs du suppliant qui tend ses mains pour recevoir ta grâce et tes bienfaits et ne prive pas tes serviteurs sincères des merveilles de ta bienveillance et de ta tendre bonté. Tu pardonnes et tu es généreux, ô mon Seigneur ! Tu as le pouvoir de faire ce que tu veux. Impuissant devant les révélations de ton pouvoir, perdu devant les preuves de ta richesse, tout autre que toi n’est rien comparé aux manifestations de ta souveraineté transcendante et reste sans force devant les signes et les preuves de ton pouvoir. Vers quel refuge puis-je me diriger, ô mon Seigneur, si ce n’est vers toi ? Vers quel havre me précipiter ? Le pouvoir de ta puissance m’en est témoin. Il n’est d’autre protecteur que toi, d’autre lieu où s’abriter que toi, d’autre refuge à chercher que toi. Ô mon Seigneur, fais-moi goûter la divine douceur de ta louange et de ton souvenir. Je le jure par ton pouvoir. Qui goûte à cette douceur se libèrera de tout attachement au monde et à ce qu’il contient et se tournera vers toi, purifié du souvenir de tout autre que toi.

Ô mon Dieu, inspire mon âme de ton merveilleux souvenir afin que je glorifie ton Nom.

Que je ne sois pas de ceux qui lisent tes paroles sans y trouver le don caché qu’elles contiennent selon ton décret ! Il donne vie aux âmes de tes créatures et au cœur de tes serviteurs. Ô mon Seigneur, compte-moi au nombre de ceux que les doux effluves qui se répandent en tes jours, bouleversent au point de donner leur vie pour toi et de se hâter vers le lieu de leur mort dans leur ardent désir de contempler ta beauté et d’atteindre ta présence. Et quand on leur demande : « Où allez-vous ? », ils répondent : « À Dieu, le Possesseur de toutes choses, le Secours, l’Absolu ! »

Malgré les transgressions de ceux qui se détournent de toi et se comportent avec arrogance envers toi, ils te vénèrent et tournent leur visage vers toi et vers ta miséricorde. Ils sont bénis par l’Assemblée céleste, loués par les habitants des cités éternelles et, au-delà d’eux, par ceux sur le front desquels ta Plume bénie a écrit : « Voici le peuple de Bahá. Grâce à lui, rayonne la splendeur de la lumière de la providence. » Ainsi en est-il, sur ton ordre et par ta volonté dans le livre de ton décret irrévocable.

Proclame leur grandeur, ô mon Dieu, et la grandeur de ceux qui, vivants ou morts, tournent autour d’eux. Procure-leur ce que tu destines aux justes parmi tes créatures. Tu as le pouvoir de tout accomplir. Il n’est pas d’autre Dieu que toi, le Tout-Puissant, le Secours, l’Omnipotent, le Très-Généreux.

Que nos jeûnes ne se terminent pas avec ce jeûne, ô mon Seigneur, ni tes alliances avec cette alliance. Accepte ce que nous avons fait par amour pour toi et pour ton bon plaisir, et ce que nous avons laissé inachevé de par notre soumission à nos désirs mauvais et corrompus. Permets-nous de tenir avec ténacité la corde de ton amour et de ton bon plaisir, et protège-nous des méfaits de ceux qui t’ont renié et ont répudié tes signes les plus resplendissants. En vérité, tu es le Seigneur de ce monde et de l’autre. Il n’est pas d’autre Dieu que toi, l’Éminent, le Très-Haut.

Ô Seigneur, mon Dieu, glorifie le Point Premier, le Mystère divin, l’Essence invisible, l’Orient de divinité et la Manifestation de ton autorité. Il exposa toute la connaissance du passé et du futur, dévoila les perles de ta sagesse cachée et révéla le mystère de ton précieux nom. Lui que tu désignas comme l’annonciateur de celui dont le nom réunit les lettres S.O.I.S, lui qui divulgua ta majesté, ta souveraineté et ton pouvoir, révéla tes paroles et exposa avec clarté tes lois, diffusa tes signes, établit ton Verbe, mit à nu le cœur de tes élus et réunit tous ceux qui sont au ciel et sur la terre, lui que tu appelas ‘Alí-Muhammad dans le royaume de tes noms, et Esprit des esprits dans le livre de ton décret irrévocable, lui que tu investis de ton propre titre, dans le nom de qui tous les autres noms réapparurent sur ton ordre et par le pouvoir de ta puissance, lui en qui tous tes titres et attributs atteignirent leur perfection. Dans ton monde invisible et tes saintes cités, lui appartiennent également tous les noms, celés en tes tabernacles sacrés.

Glorifie de même ceux qui crurent en lui et en ses signes, qui se tournèrent vers lui, parmi ceux qui reconnaissent ton unité dans cette dernière Manifestation, Manifestation dont il fit mention dans ses tablettes, livres et écrits, et dans tous les versets merveilleux et les paroles étincelantes qui lui furent révélés. C’est cette même Manifestation dont tu lui as demandé d’établir l’alliance avant qu’il n’ait établi sa propre alliance. C’est elle que célèbre le Bayán. Il loue son excellence, établit sa vérité, proclame sa souveraineté et parfait sa cause. Heureux qui se tourne vers lui et accomplit ce qu’il demande, ô toi, Seigneur des mondes, Désir de tous ceux qui t’ont connu !

Loué sois-tu, ô mon Dieu, car tu nous aides à le reconnaître et à l’aimer. Par lui et les Orients de ta divinité, par les Manifestations de ta souveraineté, les Trésors de ta révélation et les Réceptacles de ton inspiration, je te supplie. Permets-nous de le servir et de lui obéir, d’aider sa cause et de disperser ses adversaires. Tu as le pouvoir de faire ce qui te plaît. Il n’est pas d’autre Dieu que toi, le Tout-Puissant, le Très-Glorieux, celui dont tous les hommes implorent le secours.

Bahá’u’lláh

App icon
Bahá’í Prayers
Get the app
font
size
a
theme
Day
Night
font
Sans
Serif
contact us
translations
App icon
Bahá’í Prayers
Get the app