Il est Dieu ! Il entend les prières et les exauce.

Par ta gloire, ô Bien-Aimé, toi qui donnes la lumière au monde ! Le feu de la séparation m’embrase et mon obstination consume mon cœur. Par ton Plus-Grand-Nom, ô Désir du monde et Bien-Aimé de l’humanité ! Puisse le souffle de ton inspiration nourrir mon âme, puisse ta voix merveilleuse parvenir à mes oreilles, puissent mes yeux contempler ta lumière et tes signes tels qu’ils furent révélés dans les manifestations de tes noms et de tes attributs, ô toi qui tiens en tes mains toutes choses créées !

Ô Seigneur, mon Dieu, tu vois couler les larmes de tes élus lorsqu’ils sont séparés de toi, et tu vois les craintes de ceux qui te sont dévoués lorsqu’ils sont loin de ta cour sacrée. Par ton pouvoir qui régit toutes choses visibles et invisibles ! Que tes aimés versent des larmes de sang pour les traitements que les méchants et les oppresseurs infligent aux fidèles sur terre ! Tu vois, ô mon Dieu, comme les impies ont envahi tes villes et tes royaumes. Par tes messagers, par tes élus, par celui qui leva l’étendard de l’unité divine parmi tes serviteurs et par ta bonté, je te demande de les protéger. En vérité, tu es le Clément, le Très-Généreux.

Par les douces effusions de ta clémence et par les vagues de l’océan de ta grâce, je te demande encore de réserver à tes saints ce qui consolera leurs yeux et confortera leur cœur. Seigneur, tu vois celui qui s’agenouille brûler de se lever pour te servir ; tu vois le défunt demander la vie éternelle à l’océan de ta grâce et brûler de s’élever jusqu’aux cieux de ton abondance ; tu vois l’étranger rechercher ardemment sa patrie de gloire sous la voûte de ta grâce, le chercheur se hâter, par ta miséricorde, vers la porte de ta bonté et le pécheur se tourner vers l’océan du pardon et de l’indulgence.

Par ta souveraineté, ô toi que célèbre le cœur des hommes ! Je me tourne vers toi, abandonnant ma volonté et mon désir afin que ta sainte volonté et ton plaisir me gouvernent et me guident vers ce que la plume de ton éternel décret me destine.

Ô Seigneur, malgré son impuissance, ce serviteur se tourne vers l’Astre de ton pouvoir ; malgré son indignité, il se presse vers l’Aurore de gloire ; malgré son indigence, il implore l’Océan de ta grâce. Par ta faveur et ta bonté, je t’en conjure, ne le rejette pas.

Tu es, en vérité, le Tout-Puissant, le Magnanime, le Compatissant.

Bahá’u’lláh

App icon
Bahá’í Prayers
Get the app
font
size
a
theme
Day
Night
font
Sans
Serif
contact us
translations
Currently reading prayer in Français.
This prayer is also available in:
App icon
Bahá’í Prayers
Get the app